pays en développement
Recently Published Documents


TOTAL DOCUMENTS

874
(FIVE YEARS 115)

H-INDEX

17
(FIVE YEARS 2)

2021 ◽  
Vol 8 (2) ◽  
pp. 165-168
Author(s):  
Fall Khadidia ◽  
◽  
Aminata Diop Nakoulima ◽  
Mbene Fall ◽  
Tagouthi Niang ◽  
...  

La mucoviscidose, encore appelée fibrose kystique du pancréas (cystic fibrosis) ou "maladie des mucus visqueux", est une maladie génétique transmise selon le mode autosomique récessif. C'est une maladie grave ubiquitaire, très fréquente chez les caucasiens. Dans cette population blanche, les auteurs s'accordent sur une fréquence de 1 sur 2 500 nouveau-nés, correspondant à une fréquence de porteurs hétérozygotes de 1/25. Dans les autres races, la fréquence serait 20 à 40 fois moindre. Si dans les pays développés la prévalence est assez bien établie grâce à des études sans cesse renouvelées, en Afrique, particulièrement la zone subsaharienne, les données sont plutôt rares. Au Sénégal, seuls quelques cas isolés ont été rapportés dont un cas en 1983 par Fall et ses coll. Il s'agit ici d'une étude rétrospective et descriptive d'un cas clinique d'une adolescente atteinte de mucoviscidose colligé et suivi en Pédiatrie à l'Hôpital Principal de Dakar au courant de septembre-octobre 2013. Dans le cadre d'une collaboration, notre patiente a également été suivie en pneumologie pédiatrique à l'hôpital d'Enfants Albert Royer de Dakar. Le diagnostic de Mucoviscidose a été posé devant les arguments cliniques et confirmé sur la base du test de la sueur et des tests génétiques par recherche de mutation du gène CFTR. La Mucoviscidose est une pathologie très rarement diagnostiquée dans les populations noires des pays en développement. Il faut tout de même savoir y penser devant toute pathologie respiratoire trainante associée le plus souvent à une dénutrition.


2021 ◽  
Vol 1 (3) ◽  
pp. 295-311
Author(s):  
Pierre Juselin NGUEFACK ◽  
Pulchérie Léonie TATANG ATABONFACK ◽  
Thierry joel DJATANG YAWOUO ◽  
Emma Joachim NYASSEU

Les nouvelles technologies engendrent un potentiel énorme pour améliorer la vie et la survie des entreprises en général et des personnes dans les pays en développement en particulier. L’objectif de cette étude est de mesurer l’effet des nouvelles technologies sur la gouvernance des entreprises au Cameroun. Pour atteindre notre objectif, nous avons eu recours d’une part, à une démarche hypothético-déductive, l’échantillonnage par choix raisonné et d’autre part, à une régression logistique pour tester les hypothèses de la recherche. Les résultats obtenus auprès d’un échantillon de 90 entreprises ayant le statut de SA et SARL relèvent d’abord que les nouvelles technologies (utilisation des visioconférences, et la mise en réseaux des ordinateurs) ont des effets positifs et statistiquement significatifs non seulement sur la fréquence des réunions du conseil d’administration mais aussi sur la présence des investisseurs institutionnels. Cependant, leur influence est plutôt négative et statistiquement significative sur la durée de mission de l’audit externe.


Author(s):  
Luc DELABY ◽  
Brendan HORAN

Au cours des prochaines décennies, la croissance démographique, l'urbanisation et l'augmentation des revenus, en particulier dans les pays en développement, laissent présager une hausse significative de la demande alimentaire mondiale. L'augmentation de la production agricole devra cependant être obtenue avec une efficacité accrue et dans le respect de l'environnement. Les prairies, qui couvrent une grande partie de la planète, constituent une ressource indirecte importante dans l'approvisionnement alimentaire mondial, grâce notamment aux ruminants qui les valorisent. Dans ce contexte, les productions animales issues de systèmes basés sur les prairies et le pâturage s’avèrent bien placées pour fournir des aliments de qualité destinés à la consommation humaine tout en assurant une grande variété de services écosystémiques. Des progrès notables ont été réalisés dans la gestion des prairies afin d’assurer à la fois une productivité élevée et une production alimentaire de qualité. Le rôle des quantités d’herbe offerte et de la hauteur d’herbe résiduelle a été mieux quantifié et les règles de gestion à l’échelle de la parcelle ont ainsi pu être élaborées afin d’optimiser le compromis entre l’herbe valorisée par vache et par hectare. À l’échelle de la saison de pâturage, les conditions de réussite reposent à la fois sur une gestion rigoureuse, et sur des vaches dont les caractéristiques génétiques spécifiques, notamment l’aptitude à se reproduire, sont mieux connues. Le défi pour les éleveurs est d’aboutir à une valorisation plus efficace des pâturages grâce à gestion mieux anticipée et adaptée aux conditions spécifiques de l’année, de leur parcellaire et de leur situation d’élevage. Ainsi, le développement et la diffusion d'outils d'aide à la gestion du pâturage pour conforter la prise de décision reste un objectif important pour les organismes de recherche et de développement dans le monde entier.


Sign in / Sign up

Export Citation Format

Share Document